Resident Evil : Apocalypse

ban


Alice a survécu à l'effroyable cauchemar qui a dévasté le complexe scientifique ultrasecret d'Umbrella Corporation, mais elle n'est pas la seule à en être ressortie…

Un virus mortel s'est abattu sur la ville de Raccoon et rien ne semble pouvoir lui échapper. Avec un groupe de survivants, Alice, doit affronter le pire. Certes, elle a gagné de nouveaux pouvoirs, ses sens sont surmultipliés et sa dextérité est hallucinante, mais ça ne sera pas forcément suffisant… Elle est rejointe dans son combat par Jill Valentine, un ancien membre des forces spéciales d’Umbrella.

Ensemble, elles vont tenter de résoudre les énigmes et faire face à une force maléfique. Son nom ? Némésis. Son but ? Eliminer toute vie. Cette fois, s'échapper ne suffira pas. Il va falloir affronter…

Après le triomphe de RESIDENT EVIL - plus de 150 millions de dollars de recette à travers le monde - Milla Jovovich redevient Alice pour une nouvelle aventure aussi spectaculaire que terrifiante. Perdus dans un monde où la mort dicte sa loi, menacés par les plus redoutables armes biogénétiques jamais produites et pourchassés par le tueur le plus puissant qui soit, nos héros n'échapperont pas aux sueurs froides. Vous non plus...

Aux confins de l'action et de la peur

image001Lorsque Résident Evil, l'un des jeux vidéo les plus célèbres jamais créés, fut porté à l'écran, personne n'aurait imaginé que le film rencontrerait un aussi grand succès. RESIDENT EVIL est de fait, l'une des adaptations de jeu qui a eu le plus de succès aussi bien en salles qu'en vidéo.

Paul W. S. Anderson, qui avait écrit et réalisé le premier film et qui a aussi écrit celui-ci, déclare : «Je crois que le succès s'explique par le formidable univers du film et son concept simple et très efficace. Mais je pense aussi que son autre force était de ne pas proposer la version sur grand écran d'une partie de jeu vidéo dont le spectateur n'aurait pas les manettes ! Ceux qui ne connaissaient rien du jeu ont découvert un film au suspense haletant, et les autres ont trouvé là un prolongement de leur plaisir de joueur. Cela tenait d'abord à la qualité de l'interprétation. Milla Jovovich a su incarner une icône du jeu vidéo en l'amenant à un niveau bien supérieur : notre Alice est aussi belle, elle bouge aussi bien, mais Milla lui a offert une humanité, un regard qui en ont fait une véritable héroïne.» Don Carmody, producteur de RESIDENT EVIL : APOCALYPSE, ajoute : «C'est d'abord à cause de Milla et de ce que les fans du monde entier nous ont dit d'elle que nous avons envisagé de faire ce nouvel opus.»

Jeremy Boit, également producteur, intervient : «Ce nouvel épisode ne se contente pas de reprendre les ingrédients du premier. L'action est démultipliée. Alice revient, forte des acquis de sa première expérience, mais elle va être confrontée à bien plus encore... »

Alexander Witt, le réalisateur du film, précise : «Le premier volet jouait sur la peur de l'ombre et la claustrophobie, les protagonistes étaient en permanence dos au mur. RESIDENT EVIL : APOCALYPSE joue sur la paranoïa et sur la peur de voir surgir celui qui peut vous anéantir. Cette fois, les personnages ont sans arrêt quelqu'un sur les talons !»

Du nouveau sur tous les fronts...

image002Milla Jovovich raconte : «L'idée de retrouver le personnage d'ALICE me passionnait. Sur le tournage du premier, j'ai vécu beaucoup plus de choses que sur presque tous mes autres films réunis ! Réincarner Alice me permettait d'explorer encore davantage ce personnage avec qui je me sens une réelle affinité. A nouveau elle va devoir survivre, mais l'environnement et son rôle sont différents. Elle sait maintenant ce qu'est Umbrella, mais elle ignore la nature de l'arme qu'ils ont lancée à ses trousses. Alice va aussi en apprendre plus sur elle-même. Le film promettait de nombreux challenges aussi bien en termes de jeu d'actrice que sur le registre physique.»

Alexander Witt commente : «Le personnage d'Alice trouve ici de nombreux développements sur le plan humain et physique qui renforcent encore le potentiel d'émotion et de sensation du film. Cela va profondément modifier ce qu'elle est et ce dont elle est capable...» Le réalisateur ajoute : «Nous devions faire attention à ce que l'évolution d'Alice, tant au niveau de ses facultés que de son histoire, ne soit pas trop brutale. Nous aurions alors risqué de tuer son humanité pour en faire un banal super-héros beaucoup moins crédible.»

Milla Jovovich commente : «Personne ne pouvait deviner à quel point la demande physique du rôle allait être grande. Et moi qui pensais être en bonne condition ! J'ai dû me remettre au sport à un niveau jamais atteint.»

Paul W. S. Anderson confie : «Milla a passé quatre mois complets à devenir experte en tout ! Elle peut se battre avec n'importe quoi. Chaque jour, son coach lui apprenait de nouvelles techniques et elle en voulait encore !

image004Elle s'est donnée à fond au rôle.» L'actrice a notamment étudié la Capoeira, une discipline de combat brésilienne très spectaculaire. C'est le maître Amen Santo qui est venu lui enseigner cet art qui fait aussi appel à des bâtons. Milla a également subi un entraînement intensif pour le maniement des armes avec Phil Spangenberger qui a, entre autres, formé Mel Gibson et Will Smith. Milla Jovovich conclut : «Je dois avoir une âme de guerrière ! J'aime me sentir puissante.»

Le réalisateur poursuit : «Autre atout de poids de l'aventure : les nouveaux arrivants. Alice ne se bat plus seule. JILL VALENTINE, bien connue des familiers du jeu, fait aussi son entrée. Elle est jouée par Sienna Guillory.»

L'actrice confie : «C'est un personnage fabuleux. Elle est capable de se battre et de tuer tout ce qui bouge dans un rayon de cinquante mètres, tout en étant aussi sexy et drôle. C'est une véritable héroïne, comme Alice, et leur alliance va faire des ravages !»

Milla Jovovich commente : « Quand j'ai découvert Sienna dans son costume, j'étais complètement enthousiaste. Elle incarne à merveille cette femme d'action et de charme.» Alexander Witt ajoute : «Lorsque sur un plateau, vous avez deux femmes aussi belles que vives dans un combat de cet ordre, cela crée une sacrée dynamique !»

image003CARLOS OLIVE1RA est lui aussi un nouveau combattant qui vient rejoindre le groupe. Oded Fehr, qui l'incarne, explique : «Carlos dirige un groupe d'intervention d'élite indépendant qui appartient à Umbrella Corporation. Sa mission est de récupérer une personne stratégique pour la firme et d'effacer toute trace de la catastrophe... » Face à la menace, Carlos va se révéler un allié efficace pour Alice, même s'ils ne poursuivent pas le même but...

ANGÏE, la fille du docteur Charles Ashford, employé de Umbrella, est elle aussi en danger. Secourue par Carlos, elle est menacée plus que tout autre. Elle est incarnée par Sophie Vavasseur. Son père est quant à lui joué par Jared Harris. Lancé à leurs trousses, GAIN, au service d'Umbrella, suit chacun de leurs déplacements cl crée NEMESIS, l'arme secrète qui seule, pourra annihiler Alice. Thomas Kretschmann, qui incarne ce professeur Frankenstein d'un nouveau genre, explique : «Cain a créé Némésis. C'est son projet, son bébé. Il est à l'origine des mutations comme des évolutions. II est absolument convaincu du bien-fondé de ce qu'il fait. De son point de vue, éliminer quelques vies n'a rien de problématique… »

Raccoon City, l'enfer sur Terre

C'est à Toronto et dans les environs d'Hamilton, au Canada, qu'ont eu lieu les prises de vues de RESIDENT EVIL : APOCALYPSE. Dans les studios de Toronto ont été filmées les spectaculaires scènes se déroulant en intérieur, notamment dans l'immense décor de la cathédrale Raves Gate, entièrement créé sur les deux plus grands plateaux.

image005Pourtant, ce n'est pas là qu'a eu lieu le tournage le plus impressionnant. Pendant près de trois semaines, tout le quartier de l'hôtel de ville s'est transformé en décor géant. Avec la complète coopération de la ville, les producteurs ont pu planifier toutes les scènes censées se dérouler dans Raccoon dévasté. Explosions, hélico, scènes de cascades et poursuites sont devenus le lot quotidien de la cité.

L'hôtel de ville lui-même a été mis à contribution et son architecture modifiée pour les besoins du film. Une immense passerelle en verre circulaire lui a été ajoutée. Dans la journée, les services municipaux travaillaient comme d'habitude mais la nuit venue, une armée de techniciens et de comédiens envahissait le lieu pour en faire le théâtre d'un affrontement homérique.


Pour la descente d'Alice sur l'hôtel de ville, Alexander Witt a eu l'idée d'un effet visuel combiné à. une cascade. Il explique : «On a l'impression qu'Alice court et soudain, la caméra pivote à 0°, révélant qu'elle descend le long de la façade accrochée à un filin qui la retient par le dos. Nous aurions probablement pu réaliser cette scène en images de synthèse, mais comme à chaque fois pour ce film, nous avons privilégié l'exploit et le réalisme.»

Pour des raisons évidentes de sécurité, la production a obligé une cascadeuse professionnelle à effectuer la descente: Milla Jovovich commente : «C'était hallucinant Cette jeune femme courait littéralement face au sol en descendant le long de la façade. Elle allait à une vitesse incroyable, seulement pendue à ce ridicule petit filin. J'ai été autorisée à finir la scène et j'ai donc fait comme elle sur les vingt derniers mètres. Je peux vous dire que l'adrénaline coule à flot !»

image007Autre exploit réalisé pour le film : un homme saute d'un hélicoptère pour atterrir sur le toit d'un building, plus de vingt mètres en contrebas. Ce saut, rendu particulièrement dangereux en raison des vents latéraux et des flux d'air engendrés par les pales de l'hélicoptère, tenait particulièrement à cœur au réalisateur.

Il raconte : «Comme pour l'effet de la descente le long de la façade, je trouve que ce genre de morceau de bravoure renforce le film. Le public est friand de ces moments. L'intensité monte d'un cran, les enjeux aussi. Le risque encouru démultiplie le plaisir et la perception de la scène. Pour ce qui est du saut, nous avons fait appel aux meilleurs spécialistes et pris toutes les précautions possibles.»

Ceux qui pensent que tout danger est écarté vont être déçus...

image006Si Alice a de nouveaux pouvoirs, elle n'est pas la seule... Son pire ennemi, Némésis, inspiré de la créature issue du jeu vidéo, s'est vu lui aussi doté de quelques fonctions plutôt destructrices... C'est le maquilleur Paul Jones qui, à partir de l'empreinte du corps de l'acteur Matthew G. Taylor, a conçu l'apparence de cet adversaire absolu. Taylor est un ancien policier qui a pratiqué la musculation et mesure plus de 2, m, ce qui en fait une bonne base pour un ennemi ! Paul Jones explique : «J'ai utilisé du silicone pour créer la peau de Némésis. La brillance et la transparence de cette matière lui donnent un rendu unique, très organique. Cette peau était recouverte d'une fine couche d'épaississant habituellement utilisé dans l'industrie alimentaire.» Sur cette apparence déjà inhabituelle est venue se greffer une impressionnante armure de cuir et de métal, conférant à l'individu un aspect encore plus puissant et menaçant. La production n'a pas hésité à faire ajouter dés plaques de métal épaisses sous ses bottes pour augmenter encore son imposante stature.


L'un des plus grands défis dans la création de Némésis restait son visage. Il devait être terrifiant tout en véhiculant certaines expressions humaines. Sous cet amas de chair et de ligaments à vif, la trace de ce qu'avait été l'humain d'origine devait rester perceptible.

image008Pour arriver à cela, Paul Jones a créé un crâne articulé en fibre de verre moulé sur la tête de l'acteur. Beaucoup d'appendices ont été ajoutés, tous contrôlés par des servomoteurs noyés dans le silicone. En portant le masque complètement couvrant, Taylor ne conservait le contrôle que de l'ouverture de sa bouche.

L'arme fétiche de Némésis est en fait une Ml 34 Minigun habituellement utilisée sur des hélicoptères militaires et pouvant tirer jusqu'à 000 projectiles à la minute. Charles Taylor, l'armurier du film, l'a modifiée esthétiquement et techniquement pour l'associer plus étroitement au personnage.

Durant le tournage, cette arme d'exception a d'abord été utilisée dans un des couloirs de ce qui est censé être le poste de police de Raccoon. En moins de trois secondes de tir, ce sont plus de 0 unités qui ont été tirées, déchiquetant toutes les affiches sur les murs et propulsant les deux mannequins à l'autre extrémité dans un chaos indescriptible. Même les plus blasés des techniciens n'avaient jamais vu une telle puissance...